Adolphe de La Lyre, le peintre des sirènes...

05/05/2013

En 1900, la construction d’une grande villa sur le cap de Carteret s’achève. Il y a encore très peu de constructions sur le cap à cette date, et il garde encore un caractère sauvage. Carteret n’est qu’un village de pêcheurs d’environ 500 âmes doublé d’une toute petite station balnéaire.

Le propriétaire de cette villa est un parisien, Adolphe Lalire dit La Lyre, un peintre célèbre âgé de 52 ans, très connu, arrivé à sa maturité. Il est venu pour la première fois à Carteret en 1872, alors qu’il n’était encore qu’un peintre débutant, et est tombé sous le charme. Il y revient, au Grand Hôtel de la Mer (ouvert en 1883) et y achète un terrain en 1897. C’est lui qui fait les plans de ce « château », avec sa tour crénelée, dont la vue est imprenable sur le havre de Carteret et la plage qui se déroule de Barneville à Portbail et au- delà.

 

Il nomme cette maison « le château des sirènes » ; quoi de plus normal que de voir des sirènes à Carteret ! Il se ménage un vaste atelier aux larges baies vitrées, éclairé par une immense verrière qui laisse entrer au maximum la lumière.

 

Sur les 1 500 toiles environ qu’a peintes Adolphe La Lyre, une bonne centaine concernait Carteret. Mais beaucoup ont disparu, certaines détruites pendant la guerre. Pourtant, ce ne sont pas les paysages qui ont fait la fortune et la renommée du peintre, mais les nus, la mythologie et surtout les sirènes.

 

Source : patrimoine-normand.com 

Please reload